Recherche & Développement en architecture

Les Grands Ateliers accompagnent des projets de recherche & développement en permettant notamment :

  • L’accompagnement à la conception, mise au point et construction de prototype

  • La fabrication d’éléments « tests » avec le parc machine

  • La réalisation de tests sur un prototype construit à l’échelle 1 

  • L’aide à l’organisation de séminaires scientifiques et de colloques

CHAIRE PARTENARIALE D’ENSEIGNEMENT ET DE RECHERCHE EN ARCHITECTURE ECORESPONSABLE « HABITAT DU FUTUR »

Comment produire, en grand nombre, des logements écoresponsables, économiques et adaptables, neufs ou réhabilités ?  Peut-on dans le même mouvement faire émerger (ou ré-émerger) des communs dans la société des constructeurs actuels, entre praticiens, chercheurs, entrepreneurs, habitants, etc. ?

La première question est une question de société qui concerne la très grande majorité de la population française, mais aussi mondiale, dès lors qu’on prend en considération les enjeux environnementaux à l’échelle de la planète. Les réponses qu’on peut y apporter ne sont cependant ni simples, ni uniques, car l’accès à un logement abordable et soutenable, neuf ou rénové, dépend de très nombreux facteurs. Les solutions – nécessairement adaptées au contexte socio-économique considéré – sont le fruit d’actions combinées et coordonnées dans des domaines allant de l’aménagement du territoire à la fabrication de composants pour la construction, en passant par l’organisation de la chaîne de conception et de production de l’habitat.  De plus, pour être effectives à grande échelle, ces actions doivent déployer des configurations spatiales prenant en compte les évolutions des modes d’habiter et des imaginaires d’ambiance qui s’y attachent.

La seconde question concerne l’économie de l’habitat du futur, à l’heure où la transition écologique semble impliquer une augmentation de la complexité technique entrainant un renchérissement de la construction. La réponse peut partir d’une société de constructeurs et de concepteurs à venir capable de faire émerger ou ré-émerger des communs comme ceux qui sont apparus pendant la réalisation des prototypes Canopea en 2012, Terra Nostra en 2016 et RFL en 2020 : le temps long de ces chantiers a fait « bouger » les attendus parfois très différents des spécialistes de l’espace, des entreprises et des chercheurs. Ils se sont mis à apprendre ensemble l’invention en architecture, en urbanisme, en paysage, et ils se sont mis ensemble sous « expérimentation », c’est-à-dire en situation de tester des possibles et de voir comment cela est perçu par les habitants. Les réponses économiques ne sont donc pas uniquement techniques ou financières, elles doivent aussi embrasser une dimension sociale et culturelle en gestation pour les futurs chantiers du XXIe siècle.

Projet de recherche n°1

« RFL : la réhabilitation des façades légères dans l’habitat du XXe siècle » : Projet démonstrateur pour l’immeuble Les Cèdres, 44 rue de la Favorite, Lyon

Quelle est la valeur environnementale, sociale, économique et patrimoniale de la réhabilitation des façades légères dans l’habitat du XXe siècle ? Quelles performances bioclimatiques peut-on viser et comment les atteindre à l’aide des matériaux biosourcés ? Pour répondre à ces questions, cette thèse s’appuie sur un projet démonstrateur sur l’immeuble Les Cèdres situé au 44 rue de la Favorite à Lyon.

Conçu par les architectes François-Régis Cottin, Marcel Dallière et Alain Chastel, l’immeuble est une expression radicale de la modernité. Il est doté de façades légères en mur-rideau, composées de panneaux sandwichs préfabriqués en aluminium signés par Jean Prouvé. Leur design mécanique et industriel donne une image singulière à l’immeuble et reflète les méthodes constructives de l’époque. Leur finesse engendre néanmoins des problématiques d’isolation thermique et acoustique et un inconfort pour les habitants.

Afin d’améliorer les performances de l’immeuble, tout en préservant sa qualité plastique, technique et patrimoniale, une recherche pluridisciplinaire est mise en place. L’équipe mène d’abord un travail de diagnostics approfondis, rythmé par des phases de recherches archivistiques, de relevés, de diagnostics architecturaux, patrimoniaux, thermiques, acoustiques, structurels et énergétiques afin d’avoir une connaissance totale et exhaustive du bâtiment. S’en suit une période de conception durant laquelle l’équipe cherche à explorer l’ensemble des solutions possibles pour réhabiliter les façades légères de l’immeuble Les Cèdres. Cette phase met en évidence des solutions adaptées qui font l’objet d’une expérimentation à l’échelle 1 : 1, sous forme de prototypes ou maquettes réalisés avec les Grands Ateliers Innovation Architecture. L’expérimentation permet d’évaluer les différentes solutions à même de répondre aux enjeux environnementaux, sociaux, économiques et patrimoniaux de cette réhabilitation, tout en tenant compte des perceptions des habitants. Elle sert également à tester la méthode de mise en œuvre de cette réhabilitation en site occupé. L’objectif étant de mener le projet jusqu’à la réalisation de cette réhabilitation, l’équipe travaille à son montage financier en visant l’économie de moyens et la recherche d’aides pour permettre aux habitants d’investir dans ces travaux.

Cette démarche par l’expérimentation possède de multiples applications sur un corpus d’immeubles du XXe siècle ayant une façade légère. Elle vise à proposer une méthode, un cahier des charges, pour la réhabilitation des façades légères dans l’habitat du XXe siècle.

Équipe, partenaires et mécènes :

Doctorante : Mathilde Padilla

Direction : Philippe Dufieux (EVS-LAURE)
Olivier Balaÿ (AAU-CRESSON)
Laurent Volay (archipat)

Équipe d’accueil : Agence d’architecture archipat (CIFRE)
Laboratoire EVS-LAURE (UMR 5600)
Laboratoire AAU-CRESSON (UMR 1563)

Établissements : École nationale supérieure d’architecture de Lyon
École nationale supérieure d’architecture de Grenoble
École doctorale 483 – Sciences Sociales

Partenaires : Régie Franchet & Cie
Copropriété Les Cèdres
Bureau d’études thermiques et environnementales – TRIBU Lyon
Bureau d’études acoustiques – LASA
Bureau d’études structure – DECARE
Métallerie et Serrurerie – KCM
Fabricant de stores – Prodotti France
Installateur de stores – Asymptote
Fournisseur de toile – Serge Ferrari
Fournisseur isolant thermique – Steico
Fournisseurs isolant acoustique – Fermacell et Knauf
Les Compagnons du Devoir
Les Grands Ateliers Innovation Architecture

Financements : Agence Nationale de la Recherche et des Technologies (CIFRE)
Bureau de la Recherche en Architecture, Urbanisme et Paysage du ministère de la culture, programme « Architecture du XXe siècle, matières à projets pour la ville durable du XXIe siècle », 3e session

Projet de recherche n°2

Architecture, ambiance et agriculture urbaine : relations historiques et contemporaines entre l’habitat et l’agriculture en ville.

Vers quelles valeurs spatiales, économiques, esthétiques et sociales allons-nous avec des activités agricoles à proximité des logements ?
Pour répondre à cette question, la thèse s’intéresse d’abord à l’intégration de spatialités et de fonctions agricoles dans les quartiers urbains existants. Le sujet vise l’expérimentation d’une ferme de proximité multi sites propice aux modes de vie économes en énergie incluant la mobilité, l’habitat et l’organisation de la chaîne alimentaire. Elle sera construite à échelle 1 et testée sur une année de fonctionnement à Annemasse (74) dans un quartier construit dans les années 1960 / 1970. L’objectif est de définir les méthodes de culture et la taille optimale d’une future exploitation agricole pour dégager des critères économiques et un marché d’emploi, d’une part et d’autre part saisir le vécu social et ambiantal impacté dans le quartier avant d’envisager une réplicabilité sur d’autres sites nouveaux ou existants. Ces fermes expérimentales seront gérées et exploitées par des maraîchers urbains professionnels qui, nous le verrons, auront des rôles sociaux complémentaires.
La seconde idée vise l’implantation à Lyon dans la Zone d’Aménagement Concertée (ZAC) des Girondins, d’une ferme en toiture d’un immeuble de logement, pour en tester la faisabilité économique dans le cadre d’un projet neuf. Porté par Alliade Habitat, ce projet consiste à réaliser le cahier des charges d’un concours pour construire un bâtiment de cent logements auquel sera intégrée une structure maraîchère professionnelle et des surfaces de culture dédiées aux habitants. Composé sur trois niveaux ; jardins collectifs en cœur d’îlot, cultures maraîchères en toiture intermédiaire et serre architecturée au dernier étage, le projet interpelle fortement les relations de proximités entre les habitants et le maraîcher, entre les logements et les surfaces cultivées. Il met en lumière les interactions sensibles avec les matériaux et le végétal, les potentielles alliances avec les pensées techniques et les sociabilités qui doivent être anticipées en rapport aux rythmes et aux temporalités des différents usagers, habitants et fermiers.
La troisième étape de la thèse vise à faire un état de l’art historique des ambiances entre l’habitat et les activités agricoles en ville.

Équipe, partenaires et mécènes :

Doctorant : Rémi Junquera

Direction : Olivier Balaÿ (AAU-CRESSON)
Philippe Dufieux (EVS-LAURE)
Cédric Geeraert (TANGRAM ARCHITECTE)

Équipe d’accueil : Agence d’architecture TANGRAM ARCHITECTE (CIFRE)
Laboratoire EVS-LAURE (UMR 5600)
Laboratoire AAU-CRESSON (UMR CNRS 1563)

Établissements : École nationale supérieure d’architecture de Lyon
École nationale supérieure d’architecture de Grenoble
École doctorale 483 – Sciences Sociales

Partenaires : Ville d’Annemasse et Annemasse Agglomération
Alliade Habitat (Maître d’ouvrage ZAC des Girondins, Lyon)
SERL (Aménageur ZAC des Girondins, Lyon)
Grand-Lyon Métropole
Bureau d’études thermiques et environnementales – TRIBU Lyon
Bureau d’études acoustiques – LASA
Les Grands Ateliers Innovation Architecture

Financements : Agence Nationale de la Recherche et des Technologies (CIFRE)
Ville d’Annemasse et Annemasse Agglomération
Alliade Habitat (Maître d’ouvrage ZAC des Girondins, Lyon)
SERL (Aménageur ZAC des Girondins, Lyon)
Grand-Lyon Métropole

AMÀCO

PRINTARCH

PrintArch prend la forme d‘un programme de recherche-Innovation et explore les enjeux de la fabrication additive pour l‘architecture. Nous proposons des challenges et accompagnons la réalisation des expérimentations.

Les objectifs de PrintArch sont d’apporter des preuves de concept, d’accélérer la transition numérique et de stimuler une fertilisation croisée.